Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les enquêtes de Murdoch

Publié le par Gwladys Jativa

Saison 1

«   - Je crois pouvoir dire, sans trop de marge d’erreur, que la mort à été causée par ces trois flèches qui ont transpercé notre homme de part en part…, dit le docteur Ogden en présentant trois flèches ensanglantées à Murdoch

  • Je voulais être drôle inspecteur !
  • … hum… oui… Pardon… »

 

Résumé.

Nous sommes fin 19ème siècle, à Toronto et la révolution industrielle est en marche. William Murdoch est un inspecteur de police pas tout à fait comme les autres. Il est passionné par les avancées scientifiques de son époque et emploie des méthodes qui ne sont pas encore habituelles, comme la recherche d’empreintes, les analyses de sang, etc.  

Le premier épisode de la série commence avec une manifestation visant à prouver les dangers du courant alternatif.

Les organisateurs de cette manifestation, prennent à parti un homme tout au fond de l’assistance. Et cet homme n’est nul autre que… Nikola TESLA, l’inventeur du courant alternatif ! Plus tard, Murdoch rencontrera Thomas Edison, pionnier de l’électricité et fondateur de la Général Electric.

 

Les personnages principaux.

Inspecteur William Murdoch

 (Yannick Bisson)

Ce personnage est un mélange de Sherlock Holmes et de Gil Grissom dans les Experts. Le précurseur de la Police Scientifique.

Il est passionné par la science et bricoleur de génie. Il manque toutefois cruellement d’imagination pour nommer ses inventions…

Il est amoureux de Julia Ogden, mais empêtré dans  une grande incompétence quand il est question de sentiments, il lui faudra beaucoup de temps pour pouvoir dire et assumer ses sentiments.

Et bien que très doué dans les sciences et dans tout ce qui touche à la logique mathématique, le personnage de William Murdoch conserve sur certains points un côté extraordinairement naïf.

Docteur Julia Ogden

(Helen Joy)

Médecin Légiste, elle incarne la lutte pour les droits des femmes dans une société ou elles n’ont pas encore le droit de vote, ou elles sont encore beaucoup trop cantonnée aux rôles domestiques, ou elles ne peuvent pas demander le divorce, etc.

En avance sur son temps, elle s’est battue pour pouvoir faire ses études de médecine et pour être reconnue dans son travail.

Elle est par ailleurs, bourrée d’humour et tente souvent de dérider l’inspecteur Murdoch qui passe à côté de la plupart de ses blagues.

Inspecteur Chef Thomas Brackenreid

(Thomas Craig)

La caricature du « flic de la vieille école ». Il n’hésite pas à utiliser la violence si il pense que cela peut faire avancer l’enquête et/ou obtenir des aveux.

Il a un petit côté paternaliste avec Murdoch et en même temps, il lui accorde une grande marge de manœuvre dans ses méthodes d’investigations.

Au premier abord, il ressemble à une grosse brute, bourré de préjugés, et « grande gueule ». Quoique…  

 

 

Ce que j’aime dans cette série.

D’abord il y a tous les personnages improbables et réels que l’on rencontre : dans la saison 1, Murdoch rencontre, entre autre, Nikola Tesla (inventeur du courant alternatif), et Sir Arthur Conan Doyle (auteur et « père » de Sherlock Holmes).

Par ailleurs, cette série aborde tout en finesse et en nuance des sujets d’actualités (qu’ils soient d’époques ou actuels) : l’homosexualité ainsi que l’homophobie, les droits des femmes, les croyances religieuses et les conflits qu’elles peuvent générer, les progrès de la médecine et ses travers, les lacunes de la psychiatrie ainsi que ses « traitements » pendant trop longtemps inadaptés, etc.

Les personnages ont chacun une histoire que l’on découvre au fil des épisodes. Et bien que dans cette première saison, l’on puisse tout à fait regarder les épisodes indépendamment les uns des autres, elle nous laisse entrevoir une trame de fond pour les prochaines saisons qui semble des plus intéressante et prometteuse.   

Par ailleurs, à la fin de la saison 1, un personnage semble prendre un peu plus d’importance et s’étoffer : l’agent Georges Crabtree.

Vous le découvrirez dans la prochain article concernant Les enquêtes de Murdoch

Enfin, j’apprécie particulièrement la côté sans violence de cette série : rares sont les épisodes ou l’on entend des coups de feu. De même, rares sont les insultes dans les dialogues.

William Murdoch est un personnages tout à fait courtois et poli. Peut-être un peu désuet parfois, mais il est tellement agréable d’avoir un personnage de policier qui reste tout à fait impeccable des ses actes tout comme dans ses paroles…

Julia Ogden elle, est un personnage pétillant, qui va de l’avant, inventive et pleine d’humour. Elle est extraordinairement complémentaire du personnage de Murdoch. Elle n’est pas là seulement pour « faire joli ». C’est un personnage avec des convictions et des valeurs qu’elle défend tout au long des épisodes.

Fiche technique.

Titre original

The Murdoch Mysteries

Autres titres
francophones

Détective Murdoch sur TMC

Genre

Série policière

Création

Maureen Jennings

Production

Shaftesbury Films
Rogers Media (saisons 1-5)
UKTV
ITV Studios Global Entertainment

Acteurs principaux

Yannick Bisson

Hélène Joy

Thomas Craig

Nb d’épisodes

13

Pays d'origine

Canada

Chaîne d'origine

Bravo! (2004-2005)

Citytv (2008-2012)
CBC (2012-)

 

Bien que plusieurs saisons existent déjà, je choisis volontairement de vous présenter une (parfois deux) saisons par article. En effet, je trouve qu’il y a une grande évolution dans la structure de la série tout autant que dans les personnages. Et chaque saison a ses spécificités.

 

Pour la petite histoire.

Un personnage et son actrice qui se ressemblent sur certains points : Julia Ogden et Helen Joy sont toutes deux des militantes actives pour le droit des femmes. Via l’organisation « Women in film & télévision », Helen lutte pour une meilleure reconnaissance des femmes dans le monde de l’audiovisuel.

Source : https://www.telestar.fr/serie-tv/autres-series/les-enquetes-de-murdoch-france-3-cinq-choses-a-savoir-sur-helene-joy-alias-julia-ogden-photos-168270

 

 

Vous voulez voir et/ou offrir cette série ? Vous pourrez la trouver en cliquant sur les liens ci-dessous :

 

« Les enquêtes de Murdoch » Saison 1

« Les enquêtes de Murdoch » l’intégrale saison 1 à 8

 

Voir les commentaires

Blacklist

Publié le par Gwladys Jativa

Blacklist

Réplique emblématique :

« Connaissez vous les boulettes de beurre frit, Harold ? Ici ils en mangent des tonnes !

Voyez-vous, a l’instar des boulettes de beurre frit, je suis tout aussi malsain qu’irrésistible ! » Raymond Reddington (saison5)

 

Résumé.

Raymond « Red » Reddington est sur la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI depuis plus de 20 ans. Et le jour où il sera arrêté et mis derrière les barreaux ne semble pas prêt d’arriver.

Et voilà qu’un beau matin il se présente au quartier général du FBI à Washington et demande à voir Harold Cooper, le directeur adjoint. Il le prévient qu’un enlèvement va avoir lieu et donne le nom du criminel qui va le commettre.

Mais quand le FBI veut en savoir plus, Reddington pose ses conditions : il leur livrera des criminels dont ils n’ont même jamais entendu parler. Mais pour ce faire il ne parlera qu’à une seule personne : l’agent Elisabeth Keen…

 

Les personnages principaux.

Raymond « Red » Reddington

(James Spader)

La citation en début d’article résume à merveille ce personnage : « aussi malsain qu’irrésistible » ! Il est un Paradoxe permanent tout au long de la série.

Il ne cherche en aucun cas à racheter ses crimes en livrant d’autres criminels ! Pour chaque criminel qu’il livre, il commet lui-même d’autres crimes.

Quand on le trouve gentil et qu’on commence à vraiment s’attacher à lui, il commet un acte affreux qui nous rappelle qu’il est sans pitié et dangereux.

Et quand on se dit que vraiment, cet homme est irrécupérable et ne mériterait que la prison, il fait quelque chose de gentil, plein d’humanité et de compassion.

Il est l’expression du Yin/Yang, du bien et du mal incarné dans le même homme. Et d’un homme qui assume totalement, qui a fait la paix avec ces deux polarités présentes dans tout être humain.  

Elisabeth Keen

(Megan Boone)

Profiler pour le FBI, quand Reddington se rend et exige de ne parler qu’à elle, elle débute à Washington. C’est son premier jour.

Elle ignore pour quelle raison Reddington ne veut parler qu’à elle. Elle ne connait pas ses motivations et, comme nous, elle semble toujours partagée entre aimer son « binôme » et le détester.

Harold Cooper

(Harry Lennix)

Le Sage. Celui auprès de qui on cherche conseil quand on ne sait pas quoi faire…

Directeur adjoint du FBI, puis directeur, il se méfie de Reddington comme de la peste. Il sait intuitivement qu’il y a « anguille sous roche ».

Au fil du temps, il restera fidèle à ses valeurs et créera en même temps une relation plus proche avec ce criminel qu’il a recherché pendant tant d’années.

Donald Ressler

(Diego Klattenhoff)

Le Paladin de la série. Le défenseur de la Veuve et de l’Orphelin. Toujours droit dans ses bottes et refusant toute négociation, transgression, ou même légère entorse à ses principes et valeurs.

Il est à la fois touchant et agaçant dans son entièreté.

On découvre rapidement qu’il a fait partie d’une unité spéciale en charge de la capture de Reddington. Pendant plusieurs années, mettre en prison ce criminel a été sa seule mission. Mission qu’il n’a pas mené à bien… Alors forcément, quand le criminel qu’il a traqué pendant si longtemps sans aucun résultat, se rend de lui-même et impose ses conditions, cela ne lui plait guère… Et il ne se prive pas pour le faire savoir !

Dembe Zuma

(Hisham Tawfiq)

Le Silencieux. Un des personnages le plus silencieux dans l’univers télévisuel ! Fort heureusement, il est rarement seul à l’écran sinon on pourrait se croire revenu au temps du cinéma muet !

Dembe est le garde du corps de Raymond Reddington. Et on ne découvre son histoire et ses objectifs que par le biais d’autres personnages : lui ne dit quasiment jamais rien. Que ce soit sur lui, ou sur Raymond. Et pourtant chaque apparition et intervention de Dembe est essentielle. Très rapidement, il devient pour moi l’un des personnages les plus attachant de la série.

Aram Mojtabai

(Amir Arison)

Le Naïf. Assez peu présent dans la première saison, il devient petit à petit un personnage dont l’aide est plus qu’appréciable.

Il est analyste informatique pour le FBI, l’alter ego de Pénélope Garcia dans Esprit Criminel (sujet d’un prochain post, c’est promis 😉 )

Samar Navabi

(Mozhan Marnò)

La Guerrière. Agent du Mossad à l’origine (agence de renseignement israélienne), elle traque elle aussi Raymond Reddington.

Chose extraordinaire, elle parvient même à l’attraper ! La grande question reste : a-t-elle réussi à l’attraper ? Ou Reddington s’est-il laissé attraper ?

Tom Keen

(Ryan Eggold)

Qui est Tom Keen ? Dans le spin off “The Blacklist Redemption” (là aussi, sujet d’un prochain post), on en apprend plus sur ce personnage très ambigüe également.

« Mari » d’Elisabeth Keen, il la trahie, se réconcilie avec elle, promet de ne plus lui mentir et dans le même temps ne lui dit pas tout… Un mensonge par omission est-il vraiment un mensonge ?

J’aurai tendance à qualifier Tom Keen de Mercenaire avec une Conscience. Même si cela semble un peu contradictoire, après tout un mercenaire se vend au plus offrant, Tom Keen développe une conscience au fil des saisons et des épisodes. Et si au début nous sommes autant en colère qu’Elisabeth face aux trahisons de Tom, nous pouvons comme elle, apprécier son évolution et ses changements.

 

Ce que j’aime dans cette série.

Nous sommes loin des personnages manichéens et du sempiternel conflit « les gentils flics contre les méchants criminels ».

Les criminels s’avèrent parfois (souvent) très attachants, et les flics pas si gentils que ça.

Les backgrounds des personnages sont très travaillés et on découvre leur passé tout au long des épisodes et au « compte-goutte ».

Chaque épisode nous aide à y voir plus clair dans la trame de fond, et pourtant on se pose beaucoup de questions : qui est vraiment Reddington ? Pour quelle(s) raison(s) se rend-il ? Quelle est sa relation avec l’agent Keen ? etc.).

Et quand on obtient une réponse, deux autres questions pointent le bout de leur nez !

Chaque épisode est l’occasion d’une enquête unique (à quelques rares exception près, on peut regarder et comprendre un épisode même quand on n’a pas vu les autres), toutefois pour ce qui est du fil rouge de la série complète, il est nécessaire de suivre régulièrement.

 

Fiche technique.

Titre original

The Blacklist

Autres titres
francophones

Blacklist (France)
La liste noire (Québec)

Genre

Drame, policier, thriller, action

Création

Jon Bokenkamp

Production

Anthony Sparks

Acteurs principaux

James Spader
Megan Boone
Diego Klattenhoff
Ryan Eggold
Harry Lennix
Amir Arison
Mozhan Marnò
Hisham Tawfiq

Musique

Dave Porter
James S. Levine

Pays d'origine

 États-Unis

Chaîne d'origine

NBC

 

Pour la petite histoire.

Si comme moi vous aimez James Spader comme acteur, vous le retrouverez dans un film que vous avez peut-être déjà vu, et que, dans le cas contraire, je vous recommande si vous aimez les sagas des super héros.

En effet, il joue dans « Avengers, l’ère d’Ultron ». Vous ne voyez pas quel est son personnage ?

Pourtant il est loin d’incarner un personnage secondaire… En effet, il joue Ultron lui-même…  Tout en Motion Captur, il semblerait que James Spader se soit beaucoup amusé sur ce tournage.

Si vous voulez regarder et/ou offrir cette série, certaines saisons sont d'ors et déjà disponibles en DVD. vous les trouverez à partir du lien ci dessous : 

Blacklist DVD

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Des remarques ?

Partagez les avec moi dans les commentaires ! Je vous répondrai avec grand plaisir !

 

Voir les commentaires

De quoi allons nous parler ?

Publié le par Gwladys

Les séries Télé ne sont pas toujours bien perçues.

Trop souvent elles sont dénigrées et à peine qualifié de « sous genre » artistique.

Les films pour le cinéma sont dans la catégorie « art » ! Mais les séries télé, que nenni !

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai aimé regarder des séries à la télévision. Parfois très intéressantes, parfois de sérieux navets, j’aimais toujours autant.

Toutefois je dois bien reconnaître que je n’assumais pas forcément très bien cette passion pour les séries…

Il a fallu que je lise l’essai de Martin Winckler intitulé « Petit éloge des séries télé », pour faire la paix avec les jugements négatifs à ce sujet. Et c’est ainsi que m’est venue l’idée de créer ce blog sur le sujet.

Il est à noter qu’en France notre « culture » des séries est très limitée et diffère profondément de la culture américaine.

Je me demande parfois comment sont sélectionnées les séries achetées et qui sont diffusées sur nos chaînes… Les décisionnaires regardent-ils vraiment ces séries ou se contentent-ils de lire quelques lignes de résumé ?

Enfant, j’aimais également beaucoup les dessins animés. Les mangas en particuliers. (Cela étant, j’aime toujours beaucoup les mangas : l’imparfait n’est employé que pour la narration !)

Et je me souviens que lorsque j’avais vu pour la première fois « Ken le survivant », et bien que n’étant pas très âgée à l’époque, je m’étais posée cette question : « comment peuvent-ils diffuser un tel animé dans une émission pour enfant ? »

Pour les séries, il en va de même.

Certaines n’arrivent jamais en France. D’autres sont diffusées à des heures impossibles pour qui veut préserver son cycle de sommeil, des navets sont diffusés aux heures de grande écoute, ou alors ce sont des séries qui devraient être programmées plus tard pour préserver les plus jeunes téléspectateurs… Les traductions et doublages français sont parfois de véritables catastrophes et peuvent ainsi gâcher une série prometteuse…

C’est ainsi…

Et ce blog n’a pas vocation à lutter contre ce phénomène. Ni de proposer un « classement » des séries. Non seulement je n’ai pas les compétences pour « classer » ou « noter » les séries, mais je crois que ce serait un non-sens.

Ici je souhaite simplement vous partager une autre vision de ces séries qui sont parfois de véritables chefs d’œuvre. Que ce soit sur le plan de la réalisation, du jeu des acteurs, mais aussi des scenarii. Bien sûr il y en a certaines pour lesquelles j’ai une préférence : mais ce n’est qu’un affaire de goût personnel ! Et je ne peux que vous inviter à les regarder pour vous faire votre propre idée et me la partager dans les commentaires !

A très vite pour un premier article !

Voir les commentaires