Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dr House.

Publié le par Gwladys Jativa

Réplique emblématique :

« Foreman : Il ne faudrait pas parler à la patiente avant de faire un diagnostic ?

House : Non, tout le monde ment !

Cameron (en aparté à Foreman) : le docteur House voit rarement les patients…

Foreman : c’est pas pour soigner les patients qu’on est devenu médecin ?

House : Faux ! C’est pour soigner les maladies qu’on est devenu médecin. Soigner les patients c’est ce qui rend nos collègues malheureux. »

Saison 1. Pilote.

Série TV Sérié américaine
Dr House

Résumé.

Gregory House est LE meilleur médecin interniste qui soit. C’est le Sherlock Holmes des diagnostics. Et comme Sherlock Holmes, il a quelques déviances comportementales, voire mentales…

Il exerce dans l’hôpital fictif de Princeton-Plainsboro dans le New Jersey, et il est entouré d’une équipe de trois médecins qui l’aident à poser des diagnostics quand tous les autres praticiens ont échoués. Souvent en conflit avec sa collègue et directrice Lisa Cuddy, il fait montre d‘une rare mysoginie… entre autres comportements dysfonctionnels…

 

Les personnages principaux.

Dr Grégory House

 (Hugh Laurie)

Pour vous présenter ce personnage, je vais vous livrer ici l’analyse que j’en ai faite dans mon mémoire de fin de formation à la relation thérapeutique. Nous pouvions présenter des études de cas réels, aussi bien qu’imaginaires. Notre analyse devait mettre en évidence un ou plusieurs des 5 piliers de la relation d’aide :

  • La complexité : dialogique et symboles
  • L’appareil psychique
  • L’intersubjectivité : les relations Sujet/Objet
  • Le langage et l’Autre
  • Aider/Aimer

House fait donc partie des sujets que j’ai analysé.

« Ce personnage est, de mon point de vue, l’incarnation de la complexité humaine et plus particulièrement de la dialogique.

Si on s’attache à ce qu’il provoque chez le spectateur en terme émotionnel, il est à la fois tout à fait antipathique par son côté sarcastique, méchant, provoquant, et à la fois extrêmement sympathique par son côté blessé et fragile,  et finalement profondément humain.

Dans ses comportements, il est également assez contradictoire au premier abord. En effet, il passe son temps à dénigrer les individus qu’il côtoie, à clamer qu’il n’aime pas le genre humain, à faire des « blagues » à ses amis (blagues qui ont parfois de lourdes conséquences) et en même temps ne vit que pour sauver et guérir des humains.

Il en va de même pour ses comportements avec ses collaborateurs : en effet, il se montre extrêmement blessant et méprisant avec eux, et ce faisant, les amène à donner le meilleur d’eux même. Il prétend ne pas les aimer, et en même temps fait en sorte qu’ils évoluent, tant en termes de savoir être, qu’en termes de savoir-faire.

 

Dans ses relations avec ses patients, il illustre très bien le troisième pilier : l’intersubjectivité. Le Docteur House est donc médecin. Chef du service de diagnostic différentiel d’un hôpital américain. Et il refuse de rencontrer et même de parler à ses patients. On remarque, au fil des épisodes, que tant qu’il ne les rencontre pas il se trompe dans ses diagnostics et l’état du patient s’aggrave. Tôt ou tard, et souvent tard, il décide de rencontrer son patient, et c’est le moment où il finit par trouver le bon diagnostic. Je pense que ne pas rencontrer le patient, est un très bon moyen pour pouvoir continuer à le voir comme Objet. La rencontre et l’échange verbal avec le patient amène bien souvent le docteur House à le considérer comme Sujet (ce qui semble être très inconfortable pour lui). Et c’est le moment où, là aussi, l’alliance thérapeutique peut se faire. Tant qu’il ne côtoie pas ses patients, ils restent des Objets. Quand il les rencontre enfin, je ne dirai pas qu’il va jusqu’à les aimer, néanmoins il leur redonne leur place de Sujet et peut enfin les aider. Ce qui pour moi, illustre également le cinquième pilier.

Garder ses patients à l’état d’Objet me semble être un mécanisme de défense. En effet, il y a chez ce personnage quelque chose des comportements paranoïaques : « tout le monde ment » ne cesse-t-il de clamer, ainsi que des comportements sociopathiques : il exploite ses collaborateurs de même que son seul ami, utilise la ruse pour arriver à ses fins, pense que c’est la loi du plus fort qui régit le monde, utilise et revendique l’usage du mensonge et de la tricherie (nouvelle illustration de la dialogique puisqu’il reproche à ses patients de mentir), et se moque éperdument de ce que les autres pensent ou ressentent.

Il active néanmoins d’autres mécanismes de défense tel que le déni névrotique : tout le monde se rend compte de sa souffrance aussi bien physique que psychique et émotionnelle, sauf lui. Tout le monde se rend compte qu’il a besoin d’aide. Sauf lui. Il active également le mécanisme de défense dit de « la rationalisation » : il a toujours  d’excellentes explications à ses comportements. Également l’addiction : médicaments et travail. Et enfin, je me demande dans quelle mesure les « blagues » qu’il fait aux personnes qui l’entourent ne sont pas une forme de mécanisme de défense par passage à l’acte. »

Pour résumer : ce personnage est l’exemple type du « sale con certifié » (très différent du « sale con occasionnel » que nous pouvons tous être), et pourtant on s’attache à lui !

Dr Lisa Cuddy

(Lisa Edelstein)

Non seulement médecin mais aussi directrice de l’hôpital, elle est souvent amenée à s’opposer à House et à ses lubies. Et de ce fait elle fait souvent les frais de ses « plaisanteries » mais aussi de ses attaques ouvertes.

Je trouve qu’elle incarne le Féminin ayant réussi et s’opposant au Masculin (House) malsain, dysfonctionnel.

Toutefois, elle laisse souvent à House trop de mage de manœuvre. Et pour les patients qu’il a sauvé, combien de personnes ont souffert de ses incartades ?...

En tant que directrice, on se demande si elle n’aurait pas dû le virer depuis belle lurette…

Dr James Wilson

(Robert Sean Leonard)

Le meilleur, mais surtout le seul, ami de House. Il est oncologue et il est LE médecin de cette série qui incarne enfin la Bienveillance vis-à-vis des patients.

Pour quel raison est-il ami avec quelqu’un comme House ? On se pose la question…Peut être parce qu’il est aussi gentil que l’autre peut être méchant et que les contraires s’attirent. Peut-être aussi parce qu’il reste malgré tout un médecin et que, comme beaucoup de personnes dans le monde médical, il souffre du syndrome de la Croix Rouge et rêve de sauver tout le monde, même les cas les plus désespéré…

Dr Eric Foreman

(Omar Epps)

Il est le seul à s’apposer dés le début à House et à ne pas se laisser humilier et maltraiter.

Dès les premiers épisodes, House lui demande de s’introduire par effraction chez une patiente. Il argumente sur le fait que c’est mieux que ce soit Foreman qu’il le fasse puisqu’il a un casier judiciaire juvénile… Quel est le lien me direz-vous ? Aucune idée, mais House semble, comme toujours, trouver cela très logique.

Et comme Foreman refuse, il le menace de le virer. Ce qu’il ne peut pas faire puisque Foreman a assez de réparti et d’intelligence pour prouver à son patron l’absurdité de son raisonnement.

Et c’est sans doute aussi cela que House aime chez ce médecin : il ne s’en laisse pas compter aussi facilement.

 

 

Dr Robert Chase (Jesse Spencer)

Il ressemble un peu à la caricature du surfeur californien. Blond, beau gosse, bronzé et avec un petit air « j’m’en foutiste ».

C’est pourtant un très bon médecin. Dans les premiers temps il n’ose pas s’opposer à House. Il semble être à la recherche de quelqu’un qui le rassure quand à sa valeur en tant que médecin, voire en tant que personne. Mais au fur et à mesure qu’il prend de l’assurance, il deviendra vraiment excellent. Il saura quand suivre House, et quand mettre un frein.

 

Dr Allison Cameron

(Jennifer Morrisson)

Encore un médecin qui souffre du Syndrôme de la Croix Rouge... Elle tombe amoureuse de tous ceux qui lui sont inaccessibles et qui sont souvent dans des relations dysfonctionnelles. Et quand elle pourrait trouver le bonheur avec quelqu’un qui l’aime sincèrement, elle prend la fuite…

Elle est l’antithèse de House et de son « tout le monde ment ». Pour elle, tout le monde semble dire la vérité.

Peut-être que entre ces deux extrêmes, se trouve quelque chose d’intéressant sur l’être humain et certains de ses comportements…

 

    
Série TV Série Américaine, Lisa Eldenstein
Dr Lisa Cuddy

Fiche technique.

Titre original

House M.D. (saisons 1 à 7)
House (saison 8)

Genre

Série médicale
Comédie dramatique

Création

David Shore

Production

Bryan Singer
Paul Attanasio
Katie Jacobs

Acteurs principaux

Hugh Laurie
Omar Epps

Robert Sean Leonard
Lisa Edelstein (saisons 1 à 7)
Jesse Spencer

Charlyne Yi (saison 8)
Jennifer Morrison (saisons 1 à 6)
Odette Annable (saison 8)

Peter Jacobson (saisons 4 à 8)
Olivia Wilde (saisons 4 à 7)
Amber Tamblyn (saison 7)
Kal Penn (saisons 4 et 5)

Musique

Teardrop de Massive Attack

Pays d'origine

États-Unis

Chaîne d'origine

Fox

Nb. de saisons

8

Nb. d'épisodes

177

Durée

42 minutes

 

Ce que j’aime dans cette série

Dr House est l’une des premières séries dans laquelle le personnage principal est un anti-héros. Après celle-là, elles s’enchaineront : de Blacklist, en passant par Dexter, ou encore Person of Interrest, Breaking Bad, etc. …

Au-delà de ce personnage tout à fait antipathique, cette série pose de sérieuses questions sur l’éthique, la pratique, et les relations médecin/patients.

Il est certes très doué dans son travail, mais cela donne-t-il le droit à ce médecin de se montrer tellement odieux ?

C’est une fiction, me direz-vous… Et pourtant… N’avez-vous  jamais été confronté à des personnes du milieu médical qui vous prennent de haut parce qu’ils ont fait médecine et que vous, pauvre néophyte, ne pouvez pas comprendre ?

Ne vous est-il jamais arrivé de recevoir un diagnostic et de vous demander quelle langue a parlé le médecin ?

Série TV Série Américaine, Dr House
Dr Chase

Pour la petite histoire.

Avez-vous reconnu l’acteur de James Wilson ? Plus jeune (beaucoup plus jeune..), il jouait Neil Perry dans le magnifique « Cercle des poètes disparus » au côté du regretté  Robin Williams.

Par ailleurs, Jennifer Morrison (Dr Cameron. Et qu’on retrouvera quelques années plus tard dans « Once upon a time ») et Jesse Spencer (Dr Chase) ont été partenaires à l’écran, mais également dans la « vraie vie » !

Ils se sont d’abord fréquentés en secret, avant d’annoncer leurs fiançailles, puis de se séparer. (Source : http://www.allocine.fr/series/ficheserie-238/secrets-tournage/)

Et comme je le disais dans l’introduction, le personnage de House est vraiment inspiré de Sherlock Holmes. Mais le plus drôle, c’est que Conan Doyle lui, s’est inspiré d’un médecin, le Docteur Bell, pour créer son personnage d’enquêteur ! Bell était également professeur. Et c’est dans ce contexte que Conan Doyle l’a rencontré : il suivait ses cours. Bell observait beaucoup ses étudiants et ses patients. Et grâce à ses observations, il pouvait en déduire beaucoup de choses.

Vous avez aimé cet article? Vous avez des questions ? Des remarques ?

Partagez les moi dans les commentaires ! Je serai ravie d’échanger avec vous ! 😉

Si vous voulez voir et/ou offrir cette série, vous pourrez la trouver en cliquant sur le lien ci-dessous :

« Dr House - L'intégral de la série »

Voir les commentaires